Le panafricanisme est-il mort dans les sables du Sahel ? [par Théophile Kouamouo]

Pour intégrer cet article dans votre blog, veuillez prendre le code Embed en cliquant sur Intégrer cet article

Consignes de partage : En dehors d'un accord dûment signé, il est strictement interdit de reprendre nos publications sur des sites tiers. Vous êtes encouragés à en faire la promotion sur les réseaux sociaux tout en prenant soin de ne reprendre que des extraits (moins d'un tiers du contenu) et de partager les liens pertinents.

Articles similaires...

4 Responses

  1. Miaou dit :

    Parfait Théo. C’était dégoutant d’entendre mr yayi boni déblâtérer ses balivernes. Hé pauvre Afrique. Mais nos frères maliens aussi sont tellement naïfs!!! pffff.

  2. dongo dit :

    salut Théo ! tu as fait là une analyse profonde de cette guerre au mali. l’Afrique ne peut pas rejeter le soutien des autres, mais que fait-elle avant ? rien du tout, elle est toujours attentiste… après la traite négrière, nous sommes à l’heure de la traite des Etats africains…

  3. ibeyonder dit :

    Le vrai problème de l’Afrique est que nos soi-disant leaders ne sont pas issus de nos écoles.
    En Côte d’Ivoire, par exemple, dramane se targue d’être un américain. Et quand on sait qu’ils ont tous été formés à l’école de l’occident, ils ne peuvent qu’être tous cupides et assoiffés de pouvoir.
    Chacun tire le drap vers lui et veut être le mieux vu par ses maîtres de sorte à durer au pouvoir.
    Wade n’a pas toujours été comme il est aujourd’hui. Mais sa soif de pouvoir l’a amené à abandonner tous ses idéaux afin de faire le jeu de l’occident.
    En somme, tous nos leaders militent pour la cause de l’occident au détriment de leurs peuples.
    Aujourd’hui, les vraies valeurs africaines ont disparu laissant la place à une perversion à outrance de la jeunesse qui n’a plus d’autre repère que l’occident.
    De sorte que même le panafricanisme nous est encore dicté par l’occident.
    Et lorsqu’il s’agit d’être véritablement solidaires, les africains ne savent plus à quel saint se vouer puisque l’union africaine qui est supposée jour ce rôle est aux mains de ces mêmes occidentaux.
    A mon sens, le panafricanisme n’est pas encore né, et donc, on ne peut pas parler de sa mort.
    Combien sont les africains qui sont prêts à donner leur poitrine pour se défendre eux-mêmes des attaques des occidentaux à plus forte raison, défendre les autres?
    Le véritable problème de l’Afrique demeure son incapacité à s’assumer.
    N’entend-on pas souvent dire: « les blancs sont plus intelligents que nous. »
    Le panafricanisme vrai naîtra seulement quand l’africain aura surmonté ce complexe d’infériorité.
    Pour ma part, je reste convaincu qu’un jour, nous sortirons de notre torpeur pour prendre notre place dans le concert des nations.
    QUE DIEU BENISSE L’AFRIQUE.

  1. 27 janvier 2013

    […] Personne ne nous empêchera de penser que les islamistes sont les alliés objectifs de l’Occident. Ils sont leurs amis en Libye et en Syrie, leurs ennemis au Mali et en Afghanistan, mais ils sont toujours le prétexte idéal à une remilitarisation du monde dont ne profiteront que les nations occidentales, en raison de leur supériorité militaire évidente, qui compense très opportunément leur déclassement économique. Et maintenant ? Alors que les youyous enthousiastes empêchent une réflexion prospective, nous nous faisons un devoir de gâcher l’ambiance. Quel sera le prix de l’intervention française au Mali, car en diplomatie il n’y a pas de service gratuit ? Les Maliens à la reconnaissance dégoulinante nous casseront-ils les tympans si au sortir de cette opération, la « métropole » choisit leurs dirigeants, prend possession de leurs ressources et se rembourse avec le taux d’intérêt qu’elle aura choisi ? Que dira l’Afrique si cette guerre du « Sahelistan » fournissait aux Américains le prétexte idéal pour étendre encore plus leur domination militaire, économique et politique ? Quand les occupants du Nord-Mali seront dispersés par les frappes de la France, où iront-ils ? Quels sont les pays africains susceptibles d’être ébranlés par quelques colonnes de 4X4 surmontés de lance-roquettes ? Le Niger, la Mauritanie, le Burkina Faso, le Tchad, la Centrafrique, voire la Côte d’Ivoire, le Nigeria et le Cameroun… sont-ils préparés à un harcèlement tous azimuts ? La France pourra-telle protéger tout le monde tout le temps ? N’est-il pas urgent que l’Union africaine, dont le Conseil de paix et de sécurité (CPS) est aux abonnés absents, se réveille de son long sommeil et mette en place aussi vite que possible une vraie force de réaction rapide au commandement unifié pour protéger les Etats qui la constituent ? N’est-il pas temps que l’Afrique se joigne aux autres puissances qui le souhaitent pour dénoncer le rôle sournois du Qatar et de l’Arabie saoudite, meilleurs amis de la France officielle, et dénonce leur soutien aux forces obscures qui agressent le continent ? Pour cela, il faudrait renoncer à l’esprit de facilité et aux pétrodollars ensanglantés des wahhabites ! Tout un programme ! Source : Le Nouveau Courrier […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 4 = vingt

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>